Site historique/culturel Cimetière Kikendatch

Aire faunique communautaire (AFC) du réservoir Gouin

FICHE INFORMATIVE

Catégorie de site d’intérêt : Site historique/culturel

Cimetière Kikendatch

Coordonnées géographiques

48°22’46’ ‘ N, 74°18’32’ ‘ O

Secteur

11

DESCRIPTION

Le cimetière de Kikendatch représente les vestiges d’un village Atikamekw abandonné au début du XXe siècle. Lors de la mise en eau du réservoir Gouin, en 1918, les bâtiments de ce petit village auraient été entièrement inondés. Les documents historiques liés à cette histoire se contredisent quelque peu. Certains stipulent que le chef de bande des Atikamekws de Kikendatch avait déjà fait, en 1912, la demande au Département des Affaires Indiennes pour obtenir la création d’une réserve indienne à Opitciwan (Obedjiwan). Ces derniers souhaitaient profiter des territoires de chasse plus au nord du réservoir tout en s’éloignant des allochtones qui s’emparaient rapidement du territoire du Haut-Saint-Maurice. D’autres documents, ainsi que plusieurs Atikamekws, affirment que l’inondation a chassé le clan autochtone qui ne souhaitait pas quitter ces lieux. Les autochtones de Kikendatch auraient été relocalisés à Obedjiwan, plus au nord sur le réservoir Gouin, là où, suite à de nombreuses démarches, une réserve leur sera accordée. Les seuls vestiges du village de Kikendatch sont aujourd’hui quelques croix érigées sur l’ancien cimetière.

SAVIEZ-VOUS QUE…?

En 2007, des crânes et des ossements ancestraux, provenant du cimetière de Kikendatch, ont été retrouvés en bordure du réservoir Gouin. Une gestion déficiente du niveau d’eau par Hydro-Québec en serait probablement la cause. L’érosion des berges entraînée par un niveau d’eau anormalement élevé aurait déterré les ossements. En 2007 et en 2009, des interventions archéologiques, mandatées par Hydro-Québec, ont été effectuées sur le site du cimetière de Kikendatch par la firme Archéotec. Il semblerait que le plus grand nombre possible de sépultures aurait été mis au jour pour être déplacé.